On a testé pour vous… le sentier des crêtes de la Revellata à Calvi

Après la météo maussade du mois de novembre, on s’est dit qu’un bol d’air nous ferait du bien…
En compagnie des agents du Conservatoire du Littoral et de la Collectivité de Corse, nous avons donc arpenté les chemins de la Revellata. En réalité, l’idée de cette journée n’était pas de crapahuter là où nous vous avons déjà amenés comme sur le sentier des douaniers par exemple mais plutôt vers l’inconnu (tout du moins pour l’instant !). Et, par inconnu, on entend un nouveau sentier ouvert il a peu de temps par le Conservatoire ainsi que les découvertes patrimoniales faites lors des missions d’entretien et de surveillance des gardes du littoral.

Ce qu’on a appris…

Tout comme nous aujourd’hui, lors de votre prochaine visite en ce lieu, vous aurez le plaisir de voir des murets en pierres sèches ressortis comme par magie du dense maquis qui sont les derniers témoins d’une activité humaine à la Revellata. Vous y verrez aussi des canalette en pierre (traduisez petits canaux) pour drainer les eaux de pluie et … une aghja (aire de battage du blé) dans un état de conservation exceptionnel !

En flânant sur le sentier du vallon de l’Alga, on s’est alors arrêté sur une curiosité géologique appelée «éolianite»*. Il s’agit en fait de roches nées de la fossilisation progressive du sable et c’est très surprenant !

Puis on nous a montré les aménagements réalisés et ceux à venir qui feront bientôt le plaisir des promeneurs qui tenteront l’aventure. Dans l’avenir, un plan de circulation sera défini afin de découvrir le site dans le respect des lieux, des aménagements et des autres usagers. Chacun aura alors son endroit et sa piste adaptée pour une cohabitation parfaite entre flâneurs et sportifs confirmés.

Il y a le ciel, le soleil, la mer et… la posidonie !

On nous a également expliqué l’utilité de laisser ce que nous appelons les « algues mortes » échouées sur le rivage ; tout comme vous on se demandait pourquoi ne pas les enlever pour qu’on puisse profiter du sable blanc immaculé qui se trouve en dessous !

Et bien figurez-vous qu’on appelle tous, à tort  ces végétaux « algues »; il s’agit en réalité de posidonie. Elle est essentielle car elle joue le rôle de filtre naturel de l’eau de mer qu’elle débarrasse de ses bactéries (et même celles que nous, humains, apportons !).

De plus, sa présence sur nos plages est un gage de la bonne qualité de l’eau et freine l’érosion du littoral. Bref, plus il y en a plus on doit être content !

Ah oui on allait oublier les poubelles !

En effet, on s’est étonné de ne pas en trouver sur tout le site pourtant si propre; nous avons donc posé la question. C’est alors qu’à notre grande surprise, on nous a répondu que c’était volontaire !

Toutefois, devant notre étonnement, on nous a apporté quelques précisions : « Pas de poubelle, pas de débordement possible ! Il est nettement préférable de ramener vos déchets avec vous et de les trier dans les espaces dédiés. Ici, il y a souvent de vent qui pourraient les disperser et l’accessibilité est difficile pour le ramassage ». Tout à coup ça nous a semblé bien plus évident et tellement logique !

Finalement, ce que l’on retiendra de cette journée en plus de tout ce que l’on a appris, c’est l’agréable moment de partage que l’on a vécu avec ces passionnés de l’environnement. Subjugués par les paysages qu’ils nous montraient, ils ont su nous convaincre de l’utilité de protéger ce lieu tout en en profitant au maximum.

* Il est important de ne pas emprunter ce sentier en VTT ou moto pour ne pas accélérer l’érosion de cette particularité paysagère. Présente au sol, elle est fragile et pas forcément bien identifiable par les non initiés.