Balagne Corsica

Monticello ... Une vue, un refuge, une gastronomie de caractère Ceint d’Oliviers, Monticello illustre bien le vieil adage affirmant la Balagne comme le grenier de la Corse.

Grâce à son microclimat privilégié et sa proximité avec la mer, la région était une plaque tournante économique. La zone qui couvre une superficie totale de 1 959 ha, est divisée en plusieurs unités réparties dans les principales vallées de la Balagne (vallée du Fiume Seccu au sud, bassin d'Aregno à l'ouest et Vallée du Regino au nord et à l'est. Les différentes unités représentent les vestiges de l'ancien paysage arboré qui recouvrait la Balagne : anciennes oliveraies, chênaies pubescentes, bosquets ou des taillis de chênes verts, quelques châtaigneraies, et une remarquable suberaie en amont du barrage de Codole. Au sommet de Punta Colombaja (409 m) les ruines d'Urcica (Vortica ou Avortica) attestent de son occupation au Moyen ge. Alors maître de l'île tout entière, Giudice de Cinarca nommé comte de Corse en 1250, l'administra pendant plusieurs années, fit d'Urcica (ou d’Ortica) son lieu de résidence. Il l'agrandit et le fortifia. Les ruines attestent de la grandeur passée, donnent une idée plus précise de l’importance du village à cette époque où la ville littorale de l’Île Rousse n’existait pas. Les repérages sur le terrain ont permis de retrouver les forteresses d'Avortica et de Sant'Angelo qui se font face. Elles semblent contrôler une portion de territoire et ont été construites dans des zones frontalières, entre deux pièves. La fortification, purement militaire, pouvait lui assurer le contrôle de la partie nord de la Balagne, mais pouvait aussi constituer une base de résistance face aux seigneuries de son ennemi Giovanninello de Loreto et de ses alliés. Après la chute de Giudice, le château a pu passer sous le contrôle de Gênes ; de ce moment datent peut-être les réaménagements de la forteresse, et notamment la construction des tours qui flanquent le rempart. D'autres vestiges attestent aussi de l'occupation sarrasine au lieu-dit E Sarraginaccie au Capu Mirabu (257 m d'altitude), plus à l'est du village. Les envahisseurs auraient débarqué dans l'anse de Saleccia. En 1493 Monticello n'est pas épargnée par la peste qui a ravagé la Balagne. Elle se met sous la protection de San Roccu qui est depuis son saint patron. Le village possède donc un passé et l’on peut encore voir de nombreux monuments, chapelles, ruines et sites archéologiques, attestant de son rôle dans l’histoire de la Corse. Appartenant à une région aujourd’hui touristique, Monticello a réussi un mariage harmonieux entre développement et tranquillité ambiante. En effet, tout en restant proche du centre urbain qu’est l’Île Rousse, distante de 4 kilomètres, la commune a pu conserver les avantages de la ruralité. Dotée d’installations sportives performantes, elle propose de nombreuses activités allant du nautisme au mini-golf en passant par les sports équestres et le tennis, sans oublier les randonnées pédestres ou à VTT.

Prestations

  • Visites

    • Visite individuelle :
    • Visite groupe :
  • Langues parlées

    • Français

À savoir

  • Autres informations

    A ne pas manquer Eglise San Sebastianu: De style romain, elle a été détruite au 16è siècle par le roi d’Alger et reconstruite au XVIIème siècle. Deux chapelles richement décorées et exécutées en stuc font parties intégrante du patrimoine de l’église. Tableau du Martyr de San Sebastianu: Œuvre d’art qui se trouve à l’intérieur de l’église et datant de 1710, ce tableau fut classé au titre d’objet aux Monuments Historiques de France en 1968. Chapelle Saint-François-Xavier: De style baroque, elle date de la deuxième moitié du XVIIème siècle. Sa coupole date, elle, du XVIIIème siècle. Elles sont classées aux Monuments Historiques de France depuis 1992. Funtana Suprana: Propriété de la commune, cette fontaine était réservée aux bêtes. Sa façade baroque lui attribue un style propre et en fait sa particularité. Ancienne paroisse San Quilico: Construite au XIème siècle et détruite et brûlée par une incursion des Turcs qui l’ont dépouillée de ses objets de culte et des registres de desservants. Tour de Casuccia: Actuellement édifice civil, elle appartenait au célèbre scénariste et auteur britannique, Franck Muir, fait commandeur de l’empire britannique par la reine Elisabeth II et décédé en 1998. Aire de battage: Située sur le site de Saint François, cette aire servait au battage des blés. Actuellement propriété de la commune, elle est en bon état de conservation et est totalement construite en pierres. Chapelle de la Confrérie Saint-Charles Borromée: Avec ses dimensions importantes, la chapelle se place à l’inverse de la majorité des confréries de Balagne toujours plus petites que l’église paroissiale. Orgue et tableaux de la confrérie. Palazzu Malaspina: Cette grande maison privée datant du XVIIème siècle et au label VMF .Ce palais appartenait à la sœur de Pasquale Paoli et accueillit, en son temps, Napoléon Bonaparte. Personnalités liées à la commune - Simone Morazzani: colonel au service du Grand duc de Toscane, fondateur du "palazzo", et son fils Pompilio, capitaine de la garde pontificale. - Pascal Paoli: il se rendit à plusieurs reprises à Monticello où résidait son neveu Leonetti, marié à Felicina de Fabiani, "nièce préférée" du grand homme suivant ses propres écrits. La postérité de famille de Paoli a subsisté dans le "palazzo" construit par le colonel Morazzani, qui devint une "maison Fabiani", avant de s'honorer de la présence d'un rejeton de l'illustre famille Pietri de Sartène et de sa descendance Malaspina jusqu'à nos jours. - Antoine-Jean Pietri: dit "Jean de Balagne" (1788-1856), avocat, homme politique (conseiller général, maire de Monticello puis de l'Île-Rousse), époux de l'unique fille survivante du couple Leonetti-Fabiani. - Vittoria Pietri-Leonetti-Fabiani: épouse Malaspina, dite "la Lucrèce corse", née en 1812 à Monticello, assassinée en 1849 à Monticello, fille d'Antoine-Jean "de Balagne" Pietri et de Dyonisia Leonetti. - Marie Mattei: dite la comtesse Mattei, née au Palazzo, amante de Théophile Gautier avec lequel elle entretient une correspondance. Personnalités implantées à Monticello - Le couple Françoise Hardy et Jacques Dutronc possède une maison sur les hauteurs de la commune depuis 1967. - Michel Mallory, chanteur et parolier de Johnny Hallyday, est né au village. Les cendres de Michel Rocard reposent au cimetière

  • Accueil des animaux

    Animaux non acceptés