Balagne Corsica

Muro ... La terre des amours romantiques Encore préservé, à la fois « proche de tout et un peu en retrait », abrité dans son écrin de verdure, Muro est un jardin qui s’accroche à la montagne sous le pic Avazeri.

Muro doit son nom à la vieille citadelle "Maure" , nommée Muru Vecchiu, conquise en l'an 975 par Avazeru. C’est la patrie de l’abbé Pierre Morati, jurisconsulte, et de Yacinthe Yvia Croce, journaliste, écrivain, historien, lexicographe.

Vers 860 démarre la reconquête de l'île. Le nord-est de la Corse, partie la plus proche de la terre ferme, est reconquis par Oberto ancêtre des Malaspina et des Obertenghi, un descendant de Boniface marquis toscan fondateur de Bonifacio. Les marquis de Massa de la lignée des Obertinghi, sont les descendants du marquis Alberto Ruffo, qui au xie siècle, aurait chassé les Sarrasins de Rome et contribué à la défense de la Corse. Tous les descendants d'Alberto Ruffo portaient le titre de marquis de Corse. Le fief des marquis de Massa di Corsica s'étendait sur tout le « Deçà des Monts », c'est-à-dire l'actuelle Haute-Corse moins le Cap Corse.
Au XIIème siècle une première communauté s'établit dans la plaine et édifie une église dédiée à San Giovanni Evangelista. Ses ruines sont encore visibles au nord de Poggiali. Au XVème siècle, le chancelier De Negri de l'excellentissime chambre de la Sérénissime République de Gênes déclare au « livre de la noblesse Génoise », la famille Morati de la province de Balagne, de l'île de Corse. Au XVIème siècle vers 1520, la pieve de Santo Andrea, diocèse de Mariana, était formée des communautés de Muro, Feliceto, Nessa, Iustiniani (Giustiniana, actuel hameau de Speloncato) et Speloncato. La pieve comptait alors 1 350 habitants.
Devant la menace permanente des diverses invasions et la malaria, les gens se réfugient dans la montagne. Ils édifient un premier lieu de culte vers 1560. L'église se révèle bien vite trop petite face à la poussée démographique. Elle est rasée et remplacée par une nouvelle église, l'origine de la Santissima Annunziata.
Lieu de prédilection du Milan Royal, c’est un site naturel entre mer et montagne. Au-dessus du village, se trouve un plateau qui offre un panorama exceptionnel sur la montagne à gauche et sur la mer en face. (Vue magnifique sur la baie de CALVI), on y accède par un sentier bordé d’antiques murets de pierres. Ce village incarne l’âme corse, avec ses troupeaux, ses oliviers multi centenaires, ses orangers, ses figuiers de barbarie, ses forêts de chênes, de châtaigniers qui s’étagent jusqu’au pied du Monte Grosso. Muro a su conserver dans ses vieilles pierres et ses maisons de maîtres, son authenticité et son caractère, avec ses passages voûtés et ses ruelles pavées.

Prestations

  • Visites

    • Visite individuelle :
    • Visite groupe :
  • Langues parlées

    • Français

À savoir

  • Autres informations

    A ne pas manquer L’église de la Santissima Annunziata: de style baroque construite au XVIIIème siècle (1753-1760). La chapelle de la confrérie: (A Casazza), en face l’église date de 1702, l’institution date elle de 1440. La confrérie de Santa Croce est toujours active. Cascade de Nunziata. Orgue: daté de 1796, commandé par Tommaso Pagnini, prêtre et facteur d’orgue de Lucca (Italie), qui a été restauré à l’identique en 1982 par J-F Muno. Un « cadellu muntagninu »: (gros lézard vert à tâches jaunes). Eglise Saint Antoine de Padoue: Au hameau de POGGIALI se trouve une petite église de style baroque, datant de la fin du XVIIème siècle. Chapelle Saint Jacques le Majeur: se trouve au cimetière, situé à un kilomètre du village, Construite en 1110, ruinée, puis reconstruite en 1635, elle a été restaurée en 1997 grâce à la générosité de Maria di Vincenza comme l’indique une plaque de marbre.

  • Accueil des animaux

    Animaux non acceptés