Balagne Corsica

Nessa... Le village de la confrérie des femmes Nessa est un charmant petit village entouré de châtaigniers, avec son église baroque et ses hautes maisons.

Commune de montagne, son territoire occupe le flanc occidental d'un petit chaînon montagneux s'épaulent au Monte Tolu (1 332 m) au nord de la chaîne principale de l'île. Sa ligne de crête qui décline jusqu'au lieu-dit Sant'Andrea (Speloncato) au nord, comporte la bocca di Gierbi (près de mille mètres), le Capu alla Vella (977 m), la bocca di Pioggiola (779 m), et s'arrête à 668 m d'altitude, au lieu-dit Scuparchione. Le village est construit à flanc de montagne à une altitude moyenne de 400 m, dominé par le Capu alla Vella. Si l’on sort du village, on peut voir les ruines de la chapelle romane Santu Petru di Nesce dans le cimetière, ainsi que les ruines d’un couvent dans les environs.Le village est un point de départ pour les randonnées dans la montagne.
Un peu d'histoire : Un des pères de l'université de Corse Don-Gregorio Salvini (1696-1789) est né à Nessa. Historien et polémiste du soulèvement Corse contre Gênes. Il est aussi l'auteur de La Giustificazione delle Revoluzione di Corsica. Il fut l’homme de confiance de Pasquale Paoli. En décembre 1763, à la Cunsulta Generale di Corti, il est désigné pour faire partie des neuf membres de la Ghjunta qui devra mettre en place dans un délai d’un an, une Université à Corte (Haute-Corse).Il se retire à Nessa, où il œuvre pour la Balagne. Il fait, entre autres, réparer l’église de son village. Il décède en décembre 1789 à Nessa. Sa tombe est creusée à l’entrée de l’église.

Prestations

  • Visites

    • Visite individuelle :
    • Visite groupe :
  • Langues parlées

    • Français

À savoir

  • Autres informations

    A ne pas manquer Chapelle Santu-Petru-di-Nesce: dans un coin du cimetière, mangée par les tombes, il ne reste plus de cette petite chapelle romane que l’abside, lessivée par les eaux de pluie et les infiltrations. Elle a toutefois été classée monument historique en 1990 mais rien n’est fait pour la restaurer et la protéger. L’église paroissiale San Ghjiseppu située au cœur du village, en bordure de l'avenue Hui Bon Hoa. À ses côtés, se situe l'ancienne confrérie. Personnalité liée à la commune - Don Gregoriu SALVINI: deviendra le mentor et ami de pascal PAOLI. Cet homme est ni plus ni moins que l’un des instigateurs du soulèvement des Corses contre Gênes. Il avait de nombreuses cordes à son arc, il était historien, polémiste et politicien hors pairs, et savait mieux que personne par des écrits se moquer et ridiculiser avec panache les travers de son temps. En 1728 à 32 ans suite au décès de son épouse il prit la décision de rentrer dans les ordres pour essayer d’oublier son chagrin, pour cela il partit étudier à Rome et devint prêtre et docteur en droit civil et droit canon. Dès 1729 il s’engage à côté des insurgés qui mènent la révolution Corse contre la république de Gênes. Entre 1729 et 1739 la lutte s’organise. En 1739 de nombreux révolutionnaires œuvrant pour une nation Corse sont obligés de s’exiler pour le royaume de NAPLES, parmi eux un certain Giacento PAOLINI (père de Pascal qui avait à l’époque 14 ans). En 1741 va se nouer une amitié entre le jeune Pascal PAOLI à peine âgé de 16 ans (cadet au régiment Corse installé en Italie à Gaeta) et Don Gregoriu. Il faudra attendre 1755, l’année ou Don Gregoriu mettra tout en œuvre pour le retour en Corse de Pascal PAOLI âgé à peine de 30 ans. Avril 1755 au couvent San Francescu de Caccia, aura lieu A Cunsulta de Caccia, l’assemblée des députés convoquée par Pascal Paoli, ils mirent en place les fondements de la Constitution de la future Corse indépendante (le Gouvernement de Pascal Paoli durera de 1755 à 1769). En 1758 Don Gregoriu SALVINI écrit en Italien à Corte une première œuvre ‘’ La giustificazione della rivoluzione di Corsica e della ferma risoluzione presa da Corsi di mai piu sottomettersi al dominio di Genova’’. C’est un texte passionné précisant les 160 cas d’abus administratifs et judiciaires, qui ont donné lieu au soulèvement des Corses contre la République de GÊNES. En 1763 A cunsulta General di Corti il est nommé pour faire partie des neuf sages de la ghjunta qui seront chargés de créer en un an l’université de Corse à Corte. En 1769 une deuxième édition de la même œuvre ‘’La giustificazione della rivoluzione di Corsica’’ est écrite par le secrétaire du général pascal PAOLI Buonfigliolo GUELFUCCI précisant I riflessioni de l’évêque génois Giustiniani. Aucun autre texte traitant de ce sujet ne sera écrit par la suite, mais cette œuvre authentique donnera la gloire à Don Gregoriu SALVINI et à la révolution Corse. En 1769 la Corse devenue Française il retourna habiter dans son village à NESSA, pour s’occuper du fonctionnement de sa région la Balagne, et termina la construction de l’église de son village San Ghjiseppu, commencé en 1753 et achevée en 1783. C’est sa sœur Praxède SALADINI-SALVINI qui sera la première personne à y être enterrée. Il ira la retrouver à sa mort le soir de noël 1789 dans une tombe creusée juste à l’entrée de l’église. Pour terminer il aura fallu attendre les années 1730 pour que l’Europe commence à s’intéresser à la Corse, avant cela peu d’écrits peu de descriptions, et aucune carte. Cette révolution qui dura 40 ans contre la République de Gênes va passionner l’Europe dans son ensemble. Les pères fondateurs de la nation Corse et leurs écrits vont apporter un éclairage sur cette île, leurs noms courent encore dans la mémoire de cette terre 285 ans après. Luigi GIAFFERI, Andrea CECCALDI, Giacinto PAOLI, Erasmo ORTICONI, Giulio MATTEO NATALI, Don Gregorio SALVINI, Bonfiglio GUELFUCCI… Ces hommes sont les précurseurs d’un vent de liberté qui soufflera sur le monde, celui du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

  • Accueil des animaux

    Animaux non acceptés