Balagne Corsica

Palasca... le village médiéval veille fièrement sur la vallée préservée, calme et limpide de l'Ostriconi mais... on dit aussi qu'il servait de tanière à un dragon au corps de serpent et à tête d’oiseau !

La commune de Palasca fait partie de la microrégion de la Balagne, et se localise sur la côte occidentale de la Corse, a 17 km environ de l’IIe-­Rousse. Avec une population d’environ 164 habitants; ses limites physiques sont représentées, au Sud par le massif « Bocca di u Prunu », à l’Est par le désert des «Agriate», au Nord, par la façade maritime et à l’Ouest par les « Spelonche ».
Le village médiéval de Palasca date de la fin du XIème siècle. Il a été bâti à l’époque des marquis de Massa qui s’étaient installés à San Colombanu. Mais dès la préhistoire, des hommes vivaient sur le territoire de la commune. Autrefois, il existait aussi un village situé dans la plaine de Losari qui se nommait les Spelonche. Ce village fut progressivement abandonné à la suite des invasions barbaresques au cours du XVI siècle. A Ostriconi, existait aussi un habitat et un petit port dans l’anse de Purajola.
On peut visiter son église baroque Santa Maria Assunta, (pieve d’Ostriconi et diocèse de Mariana) avec son beau clocher de quatre étages dont la construction s’est déroulée sur plusieurs campagnes. Plus loin, on accède au hameau abandonné de Spelonche.
La pieve d’Ostriconi possède un linteau orné de divers motifs dont l’un d’entre eux représente un grand serpent : Celui -ci représente la Biscia d’Ostriconi qui selon une légende médiévale la basse vallée de l’Ostriconi servait de tanière à un dragon au corps de serpent mais à tête d’oiseau. Assoiffé de sang humain, il sema la terreur dans la pieve .Malheureusement pour les villageois, les seigneurs refusèrent de les aider. Terrorisée la population demanda l'aide et protection au marquis de San Colombano Guillaume di massa Dit « Bianco » qui décida d’affronter le monstre. Après une longue lutte acharnée, le marquis sortit vainqueur du combat mais infecté par le sang de la bête, le marquis mourut foudroyé. Attristés par la mort de leur nouveau protecteur et révoltés par le refus de leurs seigneurs, les villageois lancèrent une vendetta contre ces derniers. Cette légende fait référence à la terrible légende de la Biscia, retranscrite par Jean-Claude ROGLIANO dans ses Contes et légendes de Corse.

Prestations

  • Visites

    • Visite individuelle :
    • Visite groupe :
  • Langues parlées

    • Français

À savoir

  • Autres informations

    A ne pas manquer Eglise paroissiale Santa Maria-Assunta, édifiée dans la deuxième moitié des années 1500. Les façades et le clocher ont été entièrement rénovés en 2009. La chapelle de l’Annonciade édifiée en mars 1713 à côté de l’emplacement de l’ancienne chapelle qui était plus petite. La chapelle de Saint Sébastien édifiée en l’an 1670. Bien que désacralisée, cette chapelle fait encore l’objet d’une vénération particulière lors des fêtes éponymes. L'Église San Martinu: située près de la gare de Palasca. L'Église Santa Maria à Ostriconi et une plus ancienne se trouvait entre Ostriconi et Losari. Ancienne confrérie de Santa Croce: aujourd’hui transformé en salle des fêtes. Chapelle San Giustu delle Spelonche: roman primitif, à l'ouest : voûte en terre battue, appareil grossier. Le castello de San Colombano de Giussani: Ce château depuis longtemps ruiné, a été construit sur un piton calcaire escarpé, à 738 m d'altitude, surplombant le col de San Colombano, stratégique point de passage entre la vallée du Golo, la Balagne et la mer. Ruines de l'église romane Santa Maria: transformée en ferme, près de l'Ostriconi. Décor peint de l'église de l'Annonciade: au nord, et de San Sebastianu, à l'ouest. Vestiges de l'ancien village E Spelonche et de la chapelle San Giusto delle Spelonche: (roman primitif) à environ 6 km au nord-ouest du village et au sommet d'une colline de 194 mètres. La vallée, la plage et la tour de L’Ostriconi. L’Agnella Ostriconi: point de vue panoramique. Les fours à chaux les fontaines E case torre: maisons autrefois fortifiées Personnalité liées à la commune - Generale Felicianu Montecattini: Originaire de Palasca, il participera à la lutte contre le dictateur Sylvain Salnave à Haïti en 1870 puis deviendra général d’artillerie au Venezuela en 1880 où il soutiendra le Président Joachim Crespo.Plusieurs Palascais et Urtacais suivront le Général en Amérique Latine. Consul du Venezuela en 1895 à Las Palmas. - Padre Don Domenico Poletti Di Palasca: Né à Palasca le 4 août 1723, fils de Nicolo Poletti, Noble XII et de Francesca. Curé de l’église de Felicetu, député du Clergé pour la Province de Bastia en 1785, correspondant de Pascal Paoli en exil à Londres après le Royaume Anglo- Corse. - Duttore Nicolò Bartolini: Docteur en droit- Ecclésiastique. Il fit ses études à Rome. Docteur « in utoque jure ». En 1756, il participe à l’Assemblée de Venzolasca convoquée par Pascal Paoli au couvent des réformés de Casinca et il est chargé de faire un compte-rendu pour la Balagne. Dans une lettre en date du 14 janvier 1756 adressée à Venturini depuis la Casinca où il réside alors, Paoli se réjouit de la venue du Docteur Bartolini, du père Guelfucci et de quatre autres prêtres de Palasca.Auteur d’un livre de procédure civile en 1762. Juge de la Rota Civile dans le Gouvernement de Pascal Paoli.

  • Accueil des animaux

    Animaux non acceptés