La pointe extrême du golfe de Calvi

A la Punta di Spanu, point de falaises, de marais, de forêts, ni même de delta… A vrai dire, ici, vous ne trouverez que des rochers, oui mais… quels rochers ! Ainsi, les reflets gris et ocres seront un plaisir incomparable pour vos yeux, à la lumière du soir.

A présent, partez à la découverte de ce dédale de roches, très découpé, quelquefois abrupt et parsemé de petites criques sablonneuses ou de galets très agréables.

Son caractère sauvage et naturel est toutefois ponctué de traces d’occupation humaine. Les vestiges de ses murets en pierre sèche entourés de maquis, ses pagliaghji et sa tour génoise en sont d’ailleurs la preuve. Autrefois site agricole, les balanins y cultivaient notamment des céréales et faisaient paître les troupeaux. Au hasard de votre promenade, vous croiserez peut-être encore aujourd’hui chèvres et moutons.

Une végétation singulière…

Le maquis de la Punta di Spanu est, avant tout, marqué par une végétation rase, typique des endroits soumis aux vents violents et aux embruns. Mais les senteurs enivrantes du ciste, du myrte, du lentisque et les embruns suffisent à rendre l’endroit magique. Des espèces rares y ont aussi trouvé leur place.  Ainsi, l’arum mange-mouches et une sous espèce à feuille charnue du séneçon y ont trouvé refuge. Puis, à l’extrémité de la pointe, vous verrez également voler les goélands, surement à la recherche de quelque “friandise”.

Ce lieu enchanteur est surement l’un des plus beaux sites naturels de la côte balanine.