Randonner en famille et en Balagne, le Top !

Tout d’abord quel plaisir de pouvoir partager avec vous un des supers moments que nous avons vécu en Balagne ! Le plaisir d’écrire un article de blog sans toute la gestion… Merci aux Offices de Tourisme de Balagne de nous laisser cet espace de libre expression !

Je viens généralement en Balagne avec ma famille. Nous y avons trouvé un petit pied à terre que nous louons chaque fois dont les propriétaires sont un peu comme une deuxième famille… Bien sûr, la plage est l’un de nos passe-temps favoris, mais, nous aimons découvrir l’arrière-pays et ses villages en balcon. Et, le meilleur moyen pour ça, et bien c’est de marcher !

Enfin, nos sacs sont prêts : gourde d’eau pour chacun, petit en-cas pour la pause goûter, la crème solaire, les casquettes. Chaussures de randonnée aux pieds, nous prenons le chemin qui part de L’Ile-Rousse. Un petit passage entre les habitations et nous voici sur un des sentiers muletiers qui, au milieu du maquis, serpentent entre les villages. Les premières montées sont douces, idéales avec un enfant de 8 ans qui adore marcher.

Maintenant, nous cheminons en appréciant le calme et l’ombre des arbres qui nous entourent. Toutefois, quelques pierres nous obligent à bien regarder où nous marchons. Puis, nos regards se portent sur les couleurs flamboyantes des fleurs autour de nous. Quant aux murets, ils nous guident sur le chemin tout comme les fiches randonnées achetées à l’Office de Tourisme de L’Ile-Rousse.

A présent, nous inventons un petit jeu pour occuper notre fils. En marchant devant nous, il doit trouver les marques de couleur qui balisent le sentier. Une croix ? stop ! on y va pas; en revanche, un trait jaune sur une pierre ou un arbre et notre périple continue. Nous passons des petites portes de pierres puis découvrons des champs fleuris de toute beauté;  le soleil, lui,  inonde le paysage.

Enfin, nous trouvons l’endroit parfait pour savourer notre petit en-cas. D’un côté le golfe de L’Ile-Rousse et le bleu de la mer se perdant à l’horizon et, de l’autre, les petites montagnes avec les villages de Santa Reparata et de Monticello. Jamais fatigués, mon mari et mon fils s’inventent une attaque de pirates transformant les asphodèles en épées éphémères. Pendant ces instants de jeux, je savoure de les voir partager des moments inoubliables en pleine nature.

Nous continuons le chemin et, bientôt, les bruits de la ville vont nous ramèner à la réalité. C’est donc le moment de savourer ce moment de quiétude, de cette magie en plein maquis. Nous pensons déjà à la prochaine marche qui nous portera certainement du côté d’Occi à Lumio ou de la Revellata à Calvi.